Ben oui avec du super chocolat ! Il aime aussi ton fondant avec crème de marron tu sais bien

Brownie

Image En faisant du rangement dans mes magazines, j’ai retrouvé un ELLE à Table de septembre/octobre dernier et cette recette m’avait échappé !

Ingrédients pour 8 personnes :

150 grammes de chocolat noir

150 grammes de fruits secs (j’avais un mix, noix, amandes, pistaches, raisins secs)

75 grammes de beurre

250 grammes de sucre (j’ai mis 150 grammes et Layla me dit que 100 grammes c’était assez)

1 sachet de sucre vanille (la mienne est maison, j’ai mis une belle c à soupe)

4 petits oeufs

100 grammes de farine (remplacer par de la maïzena pour du sans gluten)

Comment s’y prendre :

Faire fondre le chocolat et le beurre à feu très doux; hors du feu ajouter les oeufs 1 à 1 puis les sucres; mélanger énergiquement pour obtenir une préparation bien lisse; ajouter la farine puis les fruits secs.

Beurrer un moule et couvrir le fond d’un papier sulfurisé, verser la préparation et parsemer le dessus des fruits secs restants.

Faire cuire à 170° th5/6 3à minutes maxi, surveillez bien il ne faut pas que le gâteau soit trop sec

Recette extraite du livre Les douceurs de l’enfance de Lenôtre & Philippe Godet aux editions Hachette cuisine

Voyages de A à Z

enfants sur le lac Tonlé sap Cambodge

enfants sur le lac Tonlé sap Cambodge

Parceque Maud est une dingo des listes et que lorsqu’ elle me parle de destinations proches ou lointaines, je ne peux résister voici donc MA liste

A comme Algérie pays de mon enfance où j’ai suivi mon père militaire

B comme Bordeaux, ma ville, la fac, LA rencontre avec mon amoureux

C comme Cordoba en Argentine où j’ai rencontré une adorable blogueuse Marcela

D comme Dubaï ville sortie du désert par la volonté des hommes

E comme Egypte 3 tentatives avortées pour y aller…le destin ne veut pas !

F comme Florida pour aller à Key West déguster une key lime pie au Sloopy Joe, ou flâner dans les jardins de la maison d’Hemingway ou  encore aller applaudir le coucher du soleil tous les soirs sur le Pier

G comme Guyane plein de beaux souvenirs de ces 4 ans passés là bas

H comme Hongrie, notre premier voyage et le souvenir d’une nuit au poste de police !

I comme Iguazu et ses superbes chutes et le petit train qui diffuse en crachouillant la musique de Mission (nostalgie)

J comme Jaen en Espagne, ses oliviers qui ondulent sous le vent chaud

K comme Kampot ville du Cambodge où j’ai cueilli le célèbre poivre

L comme Liban pays cher à mon époux et mon amie Layla mais aussi Lambayeque au Peru et son superbe musée du Seigneur de Sipan

M comme Marseille où je vis aujourd’hui

N comme Népal, c’était très chouette il y a 20 ans, je reste sur ce souvenir

O comme Orange pour son festival

P comme Paramaribo, au Suriname ou Panama visités depuis la Guyane

Q comme Qatar mais pas franchement attirée

R comme Roumanie et ses magnifiques monastères moldaves visités sous la neige de printemps

S comme Sardaigne où le bateau nous déposait pour des fins de semaine quand nous vivions en Corse

T comme Tiwanaku pour ses extraordinaires ruines sur la route entre Copacabana et la Paz

U comme Urubamba un rio du Peru souvenir humide !

V comme Vegas (las) au bout de trois séjour j’ai finalement adoré

W  comme Washington, pas D.C mais l’état des Usa, un voyage en hiver mémorable

X comme Xian en Chine, j’ai ramené une reproduction d’un soldat de l’armée enterrée

Y comme yellowstone, des couleurs incroyables, des geysers ..des bizons …on y retourne quand ?

Z comme Zocalo, nom de la plaza mayor de Mejico city

Voilà ma contribution, si quelqu’un veut reprendre à son compte ça nous ferait voyager …

La photo du mois : jeux de mains

Chaque mois, les blogueurs qui participent à La Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème.
Toutes les photos sont publiées sur les blogues respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.
Ce mois-ci, le thème, choisi par Titem, était: "Jeux de mains" mais comme je suis une étourdie et aussi un peu pressée par les préparatifs de notre voyage d’automne j’ai oublié de poster

Ma gentille copine qui veille au grain m’a fait une petite note pour me rapeller à l’ordre et voilà donc la photo que j’aurai du publier

Cette main s’élève dans le desert d’Atacama, pas très loin d’Antofagasta, au nord du Chili.  Pour répondre à vos questions, elle fait 11 mètres en hauteur

Cette oeuvre, qui date de 1992, est celle du sculpteur , Mario Irarrazabal , elle salue les voyageurs qui visitent cette région.

Fabrication galette de riz ou la recette sans parole

Lors de notre dernier voyage au Cambodge, nous avons rencontré beaucoup "d’artisans" qui fabriquent chez eux, les produits qu’ils vont ensuite vendre aux villageois et au marché.

Au Cambodge, les maisons traditionnelles ont un sous sol ouvert sur le jardin, la basse cour, le puit, c’est là que la vie s’organise de jour; les membres de la famille, toutes générations réunies, s’activent aux travaux.

galettes de riz une fois sèches

Le Cambodge produit un peu plus de 7 millions de tonnes de ziz non décortiqué et 71% de la population est employée à la production de riz. Les cambodgiens en consomment 4 millions de tonnes. Les 3 millions de riz brut restant seront donc exportés après traitement soit 1 tonne brute

Mais revenons au traitement au stade familial

le riz

Broyer et diluer le riz avec de l’eau, 1 mesure de riz pour 2 mesures d’eau avec du sel.

puis le mettre à égoutter tout doucement dans un coin du jardin

filtrage de la pâte de riz et de l’eau , la pâte reste dans la toile

pâte à galette prète

déposer une louche de pâte, sur une toile tendue au dessus d’une casserole d’eau bouillante. Faire un aller retour avec la pâte rapidement.

déposer la galette sur ce tourniquet "maison" et en refaire une autre

pendant qu’une autre personne la récupère et l’installe sur ce treillage en bambou

pour les faire sécher, les galettes arrivent vite il n’y a pas une minute à perdre

séchage au soleil

Patrick  m’a fait remarquer que ce mode de séchage est à l’origine des quadrillages sur les galettes que nous achetons !

Je n’ai ni les proportions ni la recette mais je ne pense pas que nous puissions reproduire cela dans nos cuisines européennes.

sérénité au jardin dans la campagne autour de Battambang

Faire son lait végétal à la maison

Depuis bientôt 1 an, je ne consomme que des boissons végétales en substitut au lait de vache, puisque j’y suis intolérante.

Chaque lait végétal a son goût et sa texture. Bien sûr, ces laits diffèrent du lait de vache dans leur composition et leur apport nutritionnel.                                        Mais, ils peuvent très bien  remplacer le lait de vache en cuisine, pour toutes préparations, aussi bien salées que sucrées.

J’en ai acheté beaucoup, toujours sous label Bio, dans des magasins Bio souvent. Ils sont tous différents, dans leur composition et surtout dans le pourcentage de céréales ou de fruits secs.

En achetant, soyez attentifs aux étiquettes; certains laits contiennent des additifs ou des parfums, du sucre, du sel, de l’huile de tournesol et même des algues qui épaississent la texture.

Achetez en fonction de votre préparation salée ou sucrée.

Les principaux laits végétaux sont au riz, avoine, amandes, noisettes, quinoa.

Pour le petit déjeuner, j’adore celui d’avoine; c’est pour moi, le plus proche du lait de vache dans mon café du matin.

Pour les préparations sucrées, genre crèpes, gauffres, clafoutis, flans…, ma préférence va au lait d’amandes pour son petit côté onctueux.                         L’avoine va très bien aussi en "panna cotta"

Pour les sauces salées, c’est le lait de riz pour moi, sans aucun doute

A vous de trouver votre préféré.

Lors d’un salon bio, un stand proposait des appareils à faire le lait végétal.            Celui qui m’intéressait était "bricolé", de l’aveu même du fabriquant d’ailleurs.    Le lait chauffait par une résistance, genre grosse bouilloir.                                     Pour le prix j’ai hésité. Finalement, je ne l’ai pas acheté.                                             J’ai utililisé le blender: c’est très rapide sans tenir compte du temps de trempage.

Matériel : robot ou mieux blender et passoire fine.  C’est tout ? Oui

Ingrédients : céréales issues de l’agriculture biologique et eau de source ou filtrée, épices à votre convenance.

Recettes testées pour 1 litre :

Trempage : 8 heures; cuisson 40 minutes.

Lait d’avoine : 50 grammes d’avoine décortiquée bio en grains, eau, une pincée de sel gris de mer.
Mettre à tremper l’avoine pendant 8 heures dans un grand bol d’eau fraîche. Egoutter, rincer.                                                                                                                Dans une casserolle, mettre l’avoine et le sel dans 50 cl d’eau.                         Amener à frémissement, couvrez et laisser frémir 40 minutes en surveillant le niveau d’eau. Attendre le refroidissement total.                                                      Verser dans le bol du blender avec 80 cl d’eau froide et mixer jusqu’à ce que la préparation devienne lisse.                                                                                          Filtrer avec la passoire et conserver au frigo jusqu’à 5 jours.

Il est préférable de conserver le lait dans une bouteille, parce qu’il est nécessaire  de bien agiter avant l’emploi.

j’utilise aussi cette avoine concassée ramenée d’un farmer’s market du Montana.

Lait d’amandes :170 gr amandes entières bio décortiquées

Trempage : 8 heures.  Préparation : 5 minutes.  Pas de cuisson

Faire tremper les amandes pendant 8 heures, au moins, dans un saladier d’eau.

Egoutter , rincer, puis mettre les amandes dans le blender avec 1 litre d’eau froide.                                                                                                                               Mixer, filtrer dans la passoire et mettre en bouteille pour agiter avant emploi.        Conservation : 4/5 jours au frigo.

Lait de riz : 40 gr de riz bio cru, 1 litre eau.

Trempage 8 heures.   Cuisson 10 minutes.  Préparation 5 minutes

Mettre le riz à tremper dans 250 ml d’eau pendant 8 heures.

Egoutter, bien rincer pour enlever l’amidon du riz.

Mettre le riz dans une casserolle avec 1 litre d’eau fraîche filtrée.                    Porter à ébulition et laisser bouillir à petits bouillons pendant 10 minutes, en surveillant. Laisser refroidir puis mixer et filter à l’aide de la passoire fine.

Mettez en bouteille en ajoutant de l’eau si vous trouvez la consistance trop épaisse.

Nota : J’ai lu que l’on pouvait garder le résidu d’amandes et de riz  pour l’utiliser dans une quiche, un gâteau….. je n’ai pas encore essayé, mais je vous tiendrais au courant.

Bien entendu vous pouvez faire des mélanges de céréales et oléagineux, ajouter des épices, amusez vous.

A votre bonne santé !

Panna cotta végétale épicée sous compotée de rhubarbe framboisée

Oui je sais le titre est long mais c’est comme ça !

C’est en voyant le billet du jour de Mercotte qui propose une panna cotta aux fruits rouges que j’ai eu envie d’en faire au lait végétal, toujours dans le cadre de cette ***** d’intolérance au lactose.

Et bien ça marche, c’est bon et léger ! Plus de raison de s’en priver même si la panna (crème végétale) n’est pas cotta (cuite) puristes passez votre chemin ….

Commencer par éplucher la rhubarbe, première fois que j’en prépare, la faute à Edith et sa tarte d’hier. 

J’aime beaucoup ces beaux rubans rouges, qui tâchent un peu les doigts.

Débiter la rhubarbe en tronçons et faites cuire avec du sucre, ça prend 10 minutes à peine; j’ai ajouté des framboises surgelées et 1/2 gousse de vanille.

Revenons à la panna semie cotta

250 ml de lait d’avoine (j’aime celui de la Vie Claire)

1 brique de crème d’avoine bio (200 ml)

35 gr de sucre de palme (celui acheté au Cambodge près des temples d’Angkor)

1 cuillère à café d’agar agar

2 cuillères à café d’un mix d’épices (cannelle, cardamome, macis et anis étoilé)

Dans une casserole mettre le lait d’avoine, le sucre et la cuillère d’agar agar, porter à ébullition

Ajouter la crème d’avoine hors du feu, elle ne doit pas bouillir et enfin les épices en poudre.

Remplir des contenant en verre, c’est plus joli et laisser refroidir avant de recouvrir de compotée de rhubarbe framboisée.

La texture n’est pas aussi crémeuse qu’une panna cotta avec crème au lait de vache mais c’est très bon, très onctueux et ça permet de se faire plaisir si on est intolérant mais aussi si on a un régime contre le cholestérol

la couleur vient du lait végétal et aussi des épices

Cannelés sans lactose au "lait de riz"

Je suis intolérante au lactose depuis bientôt 1 an mais je reste gourmande.  Hélas, le lait et ses dérivés,  le beurre  la crème entrent dans la composition de presque toutes les douceurs, il faut donc trouver des substituts et je m’y emploie.

Commencons par les cannelés

Pour 12 moules à cannelés gros ou 24 petits

préparation : 15 minutes

attente : 1 nuit au frigo

cuisson : 1h 15 environ

Ingrédients

1/2 litre de lait végétal (riz)

2 oeufs entiers et 2 jaunes

  1/2 gousse de vanille
1 cuillère à soupe de rhum
100 g de farine bio T45
250 g de sucre en poudre complet bio
50 ml de d’huile neutre

1 pincée de sel

Faire bouillir le lait avec la demie gousse de vanille fendue

Pendant ce temps battre les oeufs avec le sucre en poudre et ajouter le rhum et la pincée de sel. Une fois le mélange bien onctueux ajouter la farine en pluie et verser le lait chaud lentement un peu comme pour une pate à crèpes ajouter l’huile en dernier.

Une fois refroidie, mettre cette préparation au frigo pour la nuit.

Le lendemain  préchauffer le four à 250° pendant 15 minutes, plus si votre four le permet. Pendant ce temps, remplir les moules à 1/2 cm du bord  et enfourner pendant 15 minutes à la même T° puis continuer à 180° pendant 1 heure

Sortir les cannelés du four et démouler dès que possible.

le lait végétal de riz  ne modifie ni la texture ni le gout et ça c’est une bonne nouvelle

NB: pour les non intolérants la recette reste inchangée mais avec du lait de vache et du beurre à la place de l’huile, à vous de voir …..

NB bis : ce matin je découvre que ma copine bordelaise Madame Pilles pour les intimes, auteur du célébrissime blog Papilles & Pupilles ne mets QUE les jaunes d’oeufs ça me laisse sans voix c’est ici que vous trouverez sa recette.

Pour ce qui est des intolérants lactose je continuerais à mettre au moins 1 blanc d’oeuf selon les laits utilisés, certains sont plus "lourds" que d’autre !

Salade de fèves au chorizo

La bloguerie me faisait de l’oeil depuis quelques semaines, mes doigts ont navigué sur le clavier et Paf, WordPress avait gardé mes identifiants bien au chaud dans le cerveau du Mac, la recette était à portée de clic, donc here am I, hasta cuando ?

Hier soir en plus d’une bouteille de champagne, une amie m’a porté des fèves toutes fraîches du jardin.

J’avoue ne pas trop les aimer mais je viens juste de changer d’avis, je pense que vous aussi à moins que vous ne soyez déjà fan

Image

Une fois décortiquées il me restait 200 gr de fèves.

Cuisson 10 minutes; préparation 20 minutes

200 gr de fèves fraîches écossées

quelques lardons et des tranches de chorizo (j’avais du jambon corse à la place des lardons)

2 oignons frais émincés, 2 brins d’aillet, 5 cl de vin blanc, 1 bouquet garni.

vinaigrette : huile d’olives noires, moutarde, sel, poivre, vinaigre balsamique.

Ecossez les fèves et les plonger dans de l’eau bouillante, rafraîchissez le pour enlever la peau épaisse (pas eu besoin, les miennes  se sont laissée deshabiller facilement)

Mettre les fèves dans une casserole d’eau avec le bouquet garni,  le vin, sel et poivre.

Faire cuire 5 minutes, les fèves doivent rester croquantes.

Dans une sauteuse, faites dorer le chorizo et les lardons pendant 5 minutes et réserver sur papier absorbant.

Egouttez les fèves, jeter le bouquet garni

Préparez la vinaigrette

Disposez dans le plat et servez aussitôt

Image

n’enterrons pas trop vite les courges. # 1 la butternut

Pourquoi ce titre demanderez vous ? c’est un clin d’oeil à mon copain cuisinier de la mer qui me recommandait, hier, de vite enterrer ma courge au fond du jardin. Comme je n’ai point de jardin à Nice et que je ne savais dans quelle poubelle la déposer j’ai opté pour le velouté qui selon lui empoisonne les familles attablées.

Après quelques échanges facebookiens et les conseils de mes copines de la blogomiam je me suis lancée, merci particulier à Gracianne.

Ingrédients

une courge butternut, un oignon doux, deux dents d’ail, 5 graines de cardamome, huile d’olive, 1 pelardon frais (fromage de chèvre frais) 1 litre de bouillon de poulet (Picard) 2 galets de lait de coco Picard , gomasio et poivre. Chiffonade de  Pata Negra pour accompagner.

Comment fait on :

Laver et peler la courge, si vous êtes certains de sa provenance, il est possible de ne pas l’éplucher me dit Bige. Enlever les pépins que vous pourrez griller, et découper en gros cubes, c’est assez tendre.

dans une cocotte à fon assez épais faire blondir l’oignon dans une cuillère à soupe de bonne huile d’olive, ajouter l’ail pressé et les graines de cardamome, j’ouvre les gousses,  puis les morceaux de courges. Laisser dorer quelques minutes et recouvrir du bouillon de poule. Laisser cuire doucement jusqu’à ce que la courge deviennent tendre. Moulin à légumes ou mixer plongeant pour donner l’aspect velouté. Ajouter le lait de coco, le pelardon écrasé à la fourchette et assaisonner.