n’enterrons pas trop vite les courges. # 1 la butternut

Pourquoi ce titre demanderez vous ? c’est un clin d’oeil à mon copain cuisinier de la mer qui me recommandait, hier, de vite enterrer ma courge au fond du jardin. Comme je n’ai point de jardin à Nice et que je ne savais dans quelle poubelle la déposer j’ai opté pour le velouté qui selon lui empoisonne les familles attablées.

Après quelques échanges facebookiens et les conseils de mes copines de la blogomiam je me suis lancée, merci particulier à Gracianne.

Ingrédients

une courge butternut, un oignon doux, deux dents d’ail, 5 graines de cardamome, huile d’olive, 1 pelardon frais (fromage de chèvre frais) 1 litre de bouillon de poulet (Picard) 2 galets de lait de coco Picard , gomasio et poivre. Chiffonade de  Pata Negra pour accompagner.

Comment fait on :

Laver et peler la courge, si vous êtes certains de sa provenance, il est possible de ne pas l’éplucher me dit Bige. Enlever les pépins que vous pourrez griller, et découper en gros cubes, c’est assez tendre.

dans une cocotte à fon assez épais faire blondir l’oignon dans une cuillère à soupe de bonne huile d’olive, ajouter l’ail pressé et les graines de cardamome, j’ouvre les gousses,  puis les morceaux de courges. Laisser dorer quelques minutes et recouvrir du bouillon de poule. Laisser cuire doucement jusqu’à ce que la courge deviennent tendre. Moulin à légumes ou mixer plongeant pour donner l’aspect velouté. Ajouter le lait de coco, le pelardon écrasé à la fourchette et assaisonner.


Publicités

brioche butchy sans lactose

Une fois n’est pas coutume je décide de reposter sur ce blog endormi est voilà que je ne sais plus faire…… une bonne 1/2 heure plus tard me voici à l’oeuvre !!

Ingrédients

300 g de farine 00 (je l’achète au magasin bio en Italie)

40 g de purée d’amandes blanches bio

2 oeufs entiers

1/2 cuillère à café de sel

50 g de sucre complet

1 cuillère 1/2 à café de levure de boulanger sèche

80 ml de lait d’avoine bio

Comment faire

Utiliser la Map comme pétrin ou un robot, mettre la farine, le sel et le sucre, faire tiédir le lait avec la purée d’amandes et ajouter dans la cuve, battre les oeufs et les ajouter et terminer par la levure.

Laisser le programme pâte de la Map se dérouler ou bien votre robot selon son mode d’emploi

J’ai laissé lever au moins 2H30 après la fin du programme puisque je suis sortie 😉

Sortir la pâte la pétrir à la main avec un peu de farine et mettre en forme, j’ai fait 6 boules mais j’aurai dû en faire 12 plus petites.

J’ai laissé lever dans le four à 40° fonction étuve pendant 1 heure

Préchauffer le four à 180° et enfourner 20/25 minutes

Je pense que le lait végétal et la purée alourdissent un peu le pâton mais le résultat est bien aéré et les testeurs enchantés!

Pandoro ou l’autre gâteau de Noël des italiens

Tout a commencé quand ma petite copine Maud m’a parlé du Pandoro et m’a demandé de lui chercher un moule

Le Pandoro est L’Autre gâteau de Noël des italiens après le Panettone

Comme vous le savez nous allons très souvent faire notre marché à Ventimille ou à San Remo en fin de semaine et j’y ai maintenant mes habitudes (vous ai je assez dit que je hais Nice ??)

Il se trouve, dans la rue principale de Ventimigia,  une toute petite boutique d’articles ménager, tenue par un couple fort sympathique où bien sûr le moule tant convoité m’attendait. (20 euros le petit modèle, 22,50 le grand) tout brillant avec un fond étoilé.

Après recherche de recette, il s’avère que celle d’Alba Pezone, ne donne pas entière satisfaction; s’en suit un appel à la blogomiam et Fidji me trouve 2 liens dont un conduisant chez Anne du blog Cannelle et Cacao, je connais bien, c’est une valeur sûre

Ayant acheté le petit moule, j’ai divisé par deux les proportions , je n’aurai pas dû;

suivez bien la recette de Anne et vous obtiendrez un Pandoro maison bien meilleur que ceux industriels vendus entre 10 et 18 euros

Comme le gentil marchand m’a offert un moule en papier pour Panettone, devinez la prochaine parution

Gratin pâtisson & pommes de terre

Dans le cadre d’un régime faible en calories et aussi une necessité de trouver des aliments ayant un faible index glycémique je teste des recettes sûrement pas de mon invention mais plus le fruit d’un remue méninges !!

Pour 2 adultes :

1 pâtisson bio, 2 petites pommes de terre bio du jardin, & oignon doux des Cevennes, 2 dents d’ail, persil, ciboulette, poivre, gomasio

Couper le pâtisson en 4 le peler et ôter les pépins, peler les pommes de terre et mettre le tout à cuire dans un cuit vapeur. Une fois cuits, écraser les légumes grossièrement.

Faire chauffer dans une poêle une cuillère à soupe de bonne huile d’olive vierge et y mettre l’oignon coupé à revenir, ajouter y l’ail, le persil et la ciboulette hachés, ajouter à présent les légumes, mélanger, laisser cuire 5 minutes et à table.

A ce stade, il est possible d’ajouter un peu de crème (fraîche ou d’épeautre ou de soja) en fonction de votre tolérance, mettre dans un plat à gratin, parsemez du fromage râpé ou du parmesan et enfourner pour gratiner

l’index glycémique du pâtisson est faible, celui de la pomme de terre plus élevé (65 pour 100 grammes) mais le mélange des 2 es acceptable et très faible en calories

Rascasse en toute simplicité

Je vous l’ai déjà dit parfois, j’ai la chance d’avoir du poisson frais pêché juste en face de chez moi. Luigi, remonte les filets tous les matins, je le surveille depuis ma terrasse 😉 sa femme vend ses prises aussitôt sur un petit étal, face à la mer.

rascasse

Comme il s’agit de pêche artisanale on prend ce qu’il y a.

J’ai vite repéré  2 petites rascasses encore frétillantes, parfaites pour nous 2.

2 rascasses, 2 oignons doux des Cévennes, 4 petits bulbes de fenouil, quelques graines d’anis, 1 c à soupe de Casanis (c’est le meilleur) sel et poivre du moulin, zeste de citron de Menton (pourquoi se priver), persil ou coriandre ciselé en fin de cuisson.

J’ai une poêle avec un revêtement antiadhesif en titane et mica qui me permet de cuisiner presque sans matière grasse. Comme , de surcroît, à Nice j’ai peu d’espace, c’est devenu mon objet fétiche

Mettre 1 cuillère à café de bonne huile d’olive dans la poêle, y faire revenir les oignons émincés, salez poivrez, ajouter les bulbes de fenouil lavés et fendus en deux (ou 4 s’ils sont plus gros) ainsi que les graines d’anis et la cuillère de Casa, laisser à feu doux 10 minutes, ajouter alors les rascasses, lees zestes de citron et terminer la cuisson en surveillant le poisson. Persil ou coriandre pour servir

Un régal de simplicité et de saveurs

J’avais acheté à San Francisco un zesteur dans la gamme Microplane, c’est un objet fantastique, craquez sans faute si vous le trouvez 😉

zesteur microplane

Touffé de requin simple et compliqué à la fois

Patrick toujours un peu facétieux, accompagné d’un jury de choc, nous propose un

« Concours de la meilleure recette simple de la mer parfois compliquée »

Etant en vacances et occupée à quelques travaux dans la maison, la cuisine est passée au deuxième plan, mais ayant promis de participer je propose donc une recette simple par sa mise en oeuvre et compliquée puisque’il faut aller soi même pêcher son requin au large des îles du Salut

Pour les amateurs de simplicité vous irez jusqu’au banc de poissons le plus proche et choisirez une lotte ou tout autre poisson a chair blanche.

Cette recette demande un peu de préparation et d’organisation :

Réunissez quelques amis à bord d’un bateau, préparez un pique nique sympathique sans oublier le Ti punch 🙂 prévoyez suffisamment de grandes glacières pleines de glaces et des sardines pour appâter!

Partez tôt un dimanche matin vers un endroit paradisiaque: « les Îles du Salut »

photos_priv_es_027

Mettez vos cannes à pêche en mouvement et attendez.

Oh! pas bien longtemps, les prises sont nombreuses et sérieuses…. jugez par vous même du résultat:

iles_du_salut_by_louis_0561

La recette:

1 kilo de requin, 2 tomates, 2 citrons verts, 1 bouquet garni ( façon créole)*, 1 oignon, 3 dents d’ail, sel, poivre, thym, bois d’inde (feuille et baies), girofle.

Echauder le requin en versant de l’eau bouillante sur tout son corps. Egoutter le et passer le sous l’eau froide, gratter ou mieux enlever sa peau.

Couper en fines rondelles.

photos_pour_le_blog_cafecreole_1377

Enlever le musc qui se trouve dans la colonne vertébrale avec un bâtonnet.

Mettre les morceaux dans un grand récipient avec de l’eau citronnée, laver le requin et répéter cette opération 2 fois (en changeant l’eau).

Rincer puis mettre à mariner 1h avec citron, ail, bois d’inde, sel, poivre et un verre d’eau (j’ai mis du rhum agricole)

photos_pour_le_blog_cafecreole_1385

Emincer tomates, oignons, ail et bouquet garni, les faire revenir dans un peu d’huile.

Ajouter les morceaux de requin, faire dorer 5 minutes en mélangeant.

Verser le jus de la marinade, saler, poivrer et laisser cuire doucement à couvert pendant 10 minutes. (vérifier la cuisson).

photos_pour_le_blog_cafecreole_1389

j’ai servi avec des nouilles chinoises, c’était très fin et très parfumé.

* le bouquet garni ici se compose de : persil plat, une branche de thym, 2 piments forts et quelques ciboules. Rien à voir avec celui que nous a présenté Anne de Station Gourmande.

Vous pouvez faire cette recette avec de la raie ou de la lotte, le résultat sera aussi bon.

Et, comme il n’y a pas que des requins, je vous laisse en bonne compagnie pour une minute d’évasion…

photos_priv_es_055

oeufs parfumés

Les copines Nawal et Dumè, qui se fait désirer,  instigatrices du déjà bien célèbre concours : » Manger des yeux ne nuit….. pas à la santé «  proposent de leur envoyer une photo sur le thème pascal.

N’étant pas fanatique de ces moulages que l’on voit dans les vitrines des pâtisseries, j’ai préféré vous donner ma recette pour avoir de bons oeufs parfumés.

Sur le modèle des oeufs aux truffes que tout bon périgourdin connaît, j’ai choisi de mettre les miens aux aromates du printemps

thym sauvage frais, feuilles de lauriers cueillies hier, une cebette qui restait de cette recette et vous obtiendrez rapidement de quoi faire une omelette très odorante.

Conserver au frais

Veau aux citrons de Menton

Voilà bien longtemps que mon blog est endormi, au point que j’ai eu du mal à retrouver mes identifiants…..
Mais voilà que le printemps fait une tentative timide de séduction au moment ou Marie Laure nous parle de citrons et de cannelle, il n’en faut pas plus pour me donner envie de vous parler de ce veau au citron qui nous a régalé

Les agrumes sont au top de leur forme en ce moment dans notre région.La neige et le gel ont cependant un peu altéré l’apparence physique des fruits sans rien enlever à leur saveur acidulée.
J’ai eu la chance d’avoir des citrons naturels poussés sans engrais ni pesticide
J’ai réalisé un cake au citron et des citrons confits au sel de notre ami Jp, la recette est là
Une amie a aussi fait un délicieux curd qui a servi de base pour une tarte curd/framboises (surgelées)
Mais bon, aujourd’hui il est question du veau au citron, alors allons y
Pour 4 personnes :
du sauté de veau acheté chez un vrai boucher
1 ou 2 citrons découpés en rondelles, 1 citron pour le jus et les zestes, une écorce de cannelle, feuilles de laurier, 1 verre et demi de vin blanc provençal, oignon, sel et poivre (penja pour moi), une cuillère à soupe de bonne huile d’olive, quelques picholines.
Dans une cocotte mettre une cuillère à soupe d’huile d’olive et y faire dorer l’oignon puis la viande.
Ajouter le jus du citron et les zestes, mettre l’écorce de cannelle, la feuille de laurier, quand tout a une belle couleur, ajouter le vin blanc et les rondelles de l’autre citron, salez poivrez. Laissez mijoter à petit feu plus ou moins 45 minutes, surveillez !!

servez chaud avec du riz, de la semoule ou encore mieux de fins spaghetti

Non, non ce n’est pas du « Boursin »


Hello le monde de la blogo miam, me revoilà

Le printemps semble s’activer et moi aussi du coup..

Exit canalblog et blogspot, me voilà chez wordpress

Apélardons aoc des cévennesprès avoir fermé mon Café créole sur un coup de tête et de blues je le réouvre ici.

Je n’ai pas pu importer le Café créole de chez canalblog mais il reste en ligne.

Il reçoit encore beaucoup de visiteurs, pas une semaine sans que j’ai des demandes d’infos sur une recette que j’avais adaptée en Guyane. Il reste en plus très cher à mon coeur ce blog de débutante.

Vendredi j’ai retrouvé avec joie le marché des producteurs bio à Nîmes, c’est fou comme en presque 6 ans rien ou presque n’a changé….

pelardons des Cevennes, oignons doux, asperges, fraises, sucrines et herbes fraîches, tout et tous étaient là, j’ai repris ma place comme avant…..

J’aime les pélardons secs mais en ce début de saison, ils sont encore bien frais alors j’ai pensé faire mon propre mélange comme je l’aime sans colorants, sans additifs, sans rien de plus que de bons ingrédients.

Pour la valeur d’une petite verrine :

1 pélardon frais, 2 cébettes, 3 brins de persil, une pincée de piment d’Espelette, sel et poivre, un filet d’huile d’olive des Baux

Dans le plus petit bol du Magimix commencer par hacher les herbes vertes, ajouter le piment, le sel et le poivre et le filet d’huile, quand tout est bien broyé ajouter le fromage frais et donner quelques impulsions jusqu’à ce que la consistance vous plaise

Laisser reposer au frais et déguster comme moi sur une tartine de très bon pain de campagne grillé. Une régal de fraîcheur, une explosion de saveur

Vive le printemps

Laissez dormir les coings, ils n’en seront que meilleurs

Cette année encore, ma copine Mireille, m’a offert un gros cageot de coings bio, ramassés en Camargue près d’une jolie roulotte.

Je n’ai pas eu le temps de tous les préparer, et parfois je jetais un regard furtif et interrogateur à la corbeille qui les hébergeait.
Cependant la bonne odeur qui se répandait dans l’appartement laissait penser que tout n’était pas perdu.
Hier soir, j’ai décidé de m’occuper d’eux, et vous savez, quoi ?? en voyant le résultat j’étais très contente d’avoir attendu, la gelée est bien plus parfumée, la couleur bien prononcée, pas de panique, les coings sont des fruits patients !
Les recettes, oui il y aura 2 recettes aujourd’hui, sont issues du livre :
Les 13 desserts en Provence, de René Husson, éditions Fleurines
Gelée de coings
Il faut 1kg de sucre pour 1 litre de jus de coings
La veille, laver et/ou essuyer les coings, les couper en quartiers grossiers, réserver les coeurs et pépins dans une mousseline
Pelez les quartiers de fruits, mettez les dans une bassine à confiture, couvrez d’eau, faites cuire 15 minutes. Eteignez le feu et laisser « infuser »toute la nuit. Gardez bien vos coeurs et pépins.
Le jour même filter le jus, pesez le liquide, remettre dans la bassine avec le même poids de sucre et la mousseline renfermant les coeurs et pépins
Faire cuire jusqu’à ce que la gelée prenne et devienne rosée
Tester en mettant une goutte de gelée sur une assiette, elle doit être consistante.
Retirer la mousseline contenant les coeurs et pépins, ils sont confits, regardez comme c’est joli !! Mettre en pot. Evitez de les mettre à l’envers, la gelée prend lentement…
J’ai vu que l’auteur proposait une recette de confiture, j’ai testé et je ne regrette pas.
Confiture de coings :
Confiture de coings : 1 kilo de sucre en poudre pour 1 kilo de chair de fruit
J’ai utilisé les coings qui avait macéré la veille et dont le jus à servi à la gelée
Couper en petit dés, mettre dans la bassine à confiture, couvrir d’eau sans dépasser le niveau des coings, ajouter la même poids de sucre que de fruits.
Cuire à feu doux pendant environ 1 heure, jusqu’à ce que les fruits deviennent rose transparent.
Mettre en pot, là pas de contre indications vous pouvez retourner les pots !!
Plus consistante que la gelée, elle est fondante, un peu comme les poires.
J’ai parfumé avec les graines de 20 gousses de cardamome.
En version salée l’an dernier j’avais fait un chutney coings/kakis c’etait ici :
Je vous recommande aussi les recettes de Véronique