les poivrons du souvenir

IMG_1503.JPGJe  suis, sans grande assiduité, elle me pardonnera, ce blog très dynamique comparé au bel endormi qu’est le mien….

Dans un de ses billets, l’auteure explique avoir  pris plaisir à retrouver les carnets de cuisine que sa maman lui envoyait depuis 1995

Elle nous propose comme un jeu, de choisir une ou plusieurs recettes, de les exécuter en les reproduisant fidèlement ou non, elle nous laisse le loisir d’y ajouter notre touche personnelle.

Vous me connaissez, je suis incapable de suivre une recette à la lettre encore moins de refaire deux fois de suite la même chose.

j’ai choisi la recette des poivrons doux à l’orientale.

Nous connaissons tous la salade de poivrons tellement parfumée, qui rythme nos repas d’été au jardin, sur la terrasse ou qui nous accompagne en pic-nic;  mais la version de sa maman est un peu différente

cuisine7.jpg

 

Voici ma version

4 poivrons doux : 2 jaunes 2 orangés (ceux de Diego mon producteur bio sont tellement doux, sucrés)

4 oignons doux un peu allongés appelés ici « couilles d’âne  » oui je sais c’est local…..

4 dents d’ail, il est encore bien frais, tendre et parfumé

une dizaine de raisins secs (les miens sont de Malaga) bien dodus

huile d’olive, sel au piment d’Espelette, feuille de laurier, et 1 bonne cuillère à café de cumin en poudre

les poivrons étant très tendres j’ai zappé l’épreuve du grill.

Les laver, sécher, épépiner puis découper en lanières fines

Eplucher les oignons et les découper en longueur, hauteur, largeur, rondelles comme vous voulez mais attention à vos doigts

Eplucher l’ail et le trancher finement

Dans une poêle en fonte ou autre mettre 3 cuillères à soupe d’huile d’olive faire fondre  les oignons puis ajouter les lanières de poivrons, l’ail, le laurier les raisins , assaisonner et saupoudrer de cumin moulu

laisser confire à feu doux jusqu’à ce que les poivrons soient bien tendres

déguster comme vous aimez tiède ou froid; attention l’huile fige au frigo

Nous avons beaucoup aimé l’ajout des raisins secs

wdAb11ECQ5GGjwyX3gUkSg.jpg

et si je revenais vous parler du taboulé de tante Sylvie ? recette issue des mêmes carnets

Publicités

Cinnamon rolls ou roulés à la cannelle

J’adore ces petites brioches un peu tièdes au petit déjeuner dans les hôtels nord américains. Je n’ai jamais osé tenter de les reproduire pensant que c’était compliqué mais en fait c’est so easy à condition de bien respecter le timing des levées de la pâte

allez on y va ?

Pour une dizaines de brioches il vous faut :

Pour la pâte :

400 grammes de farine dite de force c’est à dire avec beaucoup de gluten, de la T45 ou mieux encore de la farine de gruau (j’ai la chance que mon boulanger ambulant me fournisse sa farine bio du moulin local) une T65 fera l’affaire

1 cuillère à café de levure de boulanger instantanée déshydratée

5 cl d’eau tiède

10 cl de lait tiède

50 grammes de beurre fondu et refroidi

1 oeuf

1 bonne pincée de sel

30 grammes de sucre en poudre

Pour la garniture

1oo grammes de beurre doux mou (température ambiante)

60 grammes de sucre en poudre

2 cuillères à café de cannelle en poudre

un peu de lait pour badigeonner

Comment fait on ?

diluer la levure dans l’eau tiède le temps de sortir tous les éléments de la pâte

Dans la cuve du robot, mettre la farine puis le sucre, l’oeuf, la levure diluée ainsi que le lait, ajouter le beurre fondu et le sel

Muni du crochet laisser travailler le robot 10 bonnes minutes

la pâte va se rassembler en boule bien lisse

Déposer alors la pâte dans un bol recouvrir d’un film et laisser lever dans un endroit chaud, j’utilise mon four sur la fonction spécifique; vous pouvez très bien laisser lever dans le four réglé sur 30°

1+CDtJ2iQva2s6qHddlXew

Le façonnage

Sur le plan de travail fariné, déposer la pâte, la dégazer et lui donner la forme d’un rectangle

Ajouter la cannelle au beurre mou bien mélanger et étaler sur toute la surface du rectangle de pâte

Rouler la pâte sur la longueur et rectifier les bouts si besoin

Découper des petits rouleaux et les placer dans un moule beurré et fariné (espacez les bien)

Recouvrir de film et remettre à lever 1 bonne heure ou jusqu’à ce qu’ils soient gonflés

Préchauffer le four à 180° chaleur tournante

Badigeonnez de lait à l’aide d’un pinceau et

Enfourner pour plus ou moins 20 minutes selon votre four

3YbeEJm%S8uLsUUSkwkYKg

 

 

macarons façon Saint Emilion

Ce macaron, l’autre spécialité de Saint Emilion après le vin doux liquoreux. Les soeurs Ursulines les fabriquaient déjà vers 1620 (date des archives)

 La recette sera par la suite transmise à quelques rares familles, génération après génération et toujours tenue secrète.

Ma grand mère en raffolait, je la soupçonne même de m’avoir offert ma première voiture pour que nous allions en acheter en catimini sans oublier de passer par le producteur de vin blanc doux qu’elle nous sortait toujours avec le foie gras ! Ben, que voulez vous on est périgourdine ……

Les macarons sont vendus dans une boite en carton, ils sont sur leur feuille de papier cuisson et on s’en met plein les doigts en les décollant

J’ai retrouvé la recette familiale mais j’ai mis moins de sucre

pour un vingtaine de macarons il vous faut

150 grammes de poudre d’amande bio (c’est mieux)

100 grammes de sucre blond

2 blancs d’oeufs très frais

Mettre les blancs d’oeufs dans la cuve du batteur et les monter en neige ferme.

Ajouter le sucre en poudre en 2 ou 3 fois jusqu’à obtenir le célèbre « bec d’oiseau  »
Ajouter la poudre d’amande à l’aide d’une maryse et « macaroner » la préparation sans la brusquer. Le résultat doit être souple mais pas liquide

Mettre la préparation dans une poche à douille et faire des petits tas sur une tôle recouverte de papier cuisson ou d’un silpat, il faut bien espacer les petits tas

Laisser « crouter » 30 minutes et cuire dans un four préchauffé à 150° entre 12 et 15 minutes pas plus sinon ils seront trop secs
Les détacher dès la sortie du four.

aucune conservation possible ils disparaissent à toute vitesse

IMG_8414

 

 

 

Tortas de aceite

Hier j’ai eu envie de faire mes propres tortas de aceite (galettes à l’huile d’olive bien  entendu) Elles sont une spécialité d’andalousie

Ces galettes de 10 cm de diamètre, fines croustillantes et caramélisées sont un délice et se laissent manger à une vitesse déconcertante

En général je les achète en Espagne, elles sont emballées dans du joli papier bleu, 6 par paquet, heureusement !

 

IMG_7556

donc hier, j’ai cherché des recettes chez mes copines de blog espagnoles et j’ai fait un mix  La recette est encore perfectible, toutes les recettes disent de mettre de la levure de boulanger deshydratée et c’est ce qui me pose problème

en effet, les galettes gonflent légèrement alors quelles doivent être ultra fines

voici la recette réalisée hier

Ingredients

300 gr de farine de force 000 ou de gruau, celle qui sert à faire les brioches (donc beaucoup de gluten)

1 cuillère à café de sel

100 ml de très bonne huile d’olive bio extra vierge

150 ml d’eau

50 gr de sucre de canne brun + pour saupoudrer avant cuisson

1 cuillère à thé de levure de boulanger (je vais refaire avec de la levure chimique ou du bicarbonate)

2 cuillères à soupe de grains d’anis ou moins si vous n’aimez pas ou pourquoi pas des grains de cardamome

1 blanc d’oeuf légèrement battu

Comment fait on ?

Dans un bol mélanger la farine, le sucre et les grains d’anis

Dans un autre bol mélanger l’huile, l’eau et la levure, attendre quelques minutes

enfin mélanger le contenu liquide au mélange farine, sucre, anis

mélanger 5 bonnes minutes à la main ou au robot jusqu’à obtenir une pate souple qui se détache bien du bol

laisser reposer 1 heure à température ambiante

préchauffer le four à 230°

diviser la pate en 12 petites boules et sur un plan de travail fariné étaler au rouleau chaque petite boule jusqu’à ce qu’elle soit presque translucide et fasse plus ou moins 10 cm de diamètre

Placer chaque galette sur un tapis de cuisson ou une plaque farinée et avec un pinceau balayez les avec le blanc d’oeuf; saupoudrer de sucre toutes les galettes avant d’enfourner pour 10 à 12 minutes selon votre four et selon le degré de couleur voulu

attention surveillez bien !

 

IMG_7616.JPG

 

 

 

 

 

un simple clafoutis( sans lactose ni gluten possible)

Ce matin, j’ai fait un clafoutis pour utiliser le lait frais qui menaçait de périmer, même si je ne suis pas trop une ayatollhette des DLC ….

J’ai posté une photo avant/après cuisson et la demande est forte pour la recette, donc je m’exécute avec plaisir, mon blog en est tout frémissant !IMG_2952Pour un moule de 24 cm de diamètre il vous faut:

500 gr de cerises saines et lavées

80 gr de sucre (roux bio pour moi)

80 gr de farine (40 gr d’épeautre et 40 gr de T 65) ou 80 gr de maïzena pour les intolérants au gluten

2 oeufs frais

250 ml de lait ou de lait d’amande pour les intolérants lactose

1 cuillère à soupe d’huile d’olive ou autre

1 pincée de sel,

sucre vanillé ou vanille en poudre selon ce que vous avez

Préparation:

Déposez les cerises lavées dans un moule beurré

Versez dans un saladier, sucre, farine, sel, battez les oeufs et ajoutez les au mélange puis ajoutez petit à petit le lait tout en touillant. La pâte doit être fluide et sans grumeaux; ajoutez la cuillère d’huile

IMG_2953

Couvrez les cerises de cette préparation et enfournez à 200° pour environ 30 minutes selon les caprices de votre four

La clafoutis va lever en fin de cuisson, laisser refroidir dans le four et dégustez tiède

Bien sûr je suis périgourdine donc OUI je laisse les noyaux !!

D’ailleurs on le mange dehors sur la terrasse ou au jardin et on fait le concours de celui qui crache le noyau le plus loin possible 😉

IMG_2962

IMG_2957

Ben oui avec du super chocolat ! Il aime aussi ton fondant avec crème de marron tu sais bien

Brownie

Image En faisant du rangement dans mes magazines, j’ai retrouvé un ELLE à Table de septembre/octobre dernier et cette recette m’avait échappé !

Ingrédients pour 8 personnes :

150 grammes de chocolat noir

150 grammes de fruits secs (j’avais un mix, noix, amandes, pistaches, raisins secs)

75 grammes de beurre

250 grammes de sucre (j’ai mis 150 grammes et Layla me dit que 100 grammes c’était assez)

1 sachet de sucre vanille (la mienne est maison, j’ai mis une belle c à soupe)

4 petits oeufs

100 grammes de farine (remplacer par de la maïzena pour du sans gluten)

Comment s’y prendre :

Faire fondre le chocolat et le beurre à feu très doux; hors du feu ajouter les oeufs 1 à 1 puis les sucres; mélanger énergiquement pour obtenir une préparation bien lisse; ajouter la farine puis les fruits secs.

Beurrer un moule et couvrir le fond d’un papier sulfurisé, verser la préparation et parsemer le dessus des fruits secs restants.

Faire cuire à 170° th5/6 3à minutes maxi, surveillez bien il ne faut pas que le gâteau soit trop sec

Recette extraite du livre Les douceurs de l’enfance de Lenôtre & Philippe Godet aux editions Hachette cuisine

Voyages de A à Z

enfants sur le lac Tonlé sap Cambodge

enfants sur le lac Tonlé sap Cambodge

Parceque Maud est une dingo des listes et que lorsqu’ elle me parle de destinations proches ou lointaines, je ne peux résister voici donc MA liste

A comme Algérie pays de mon enfance où j’ai suivi mon père militaire

B comme Bordeaux, ma ville, la fac, LA rencontre avec mon amoureux

C comme Cordoba en Argentine où j’ai rencontré une adorable blogueuse Marcela

D comme Dubaï ville sortie du désert par la volonté des hommes

E comme Egypte 3 tentatives avortées pour y aller…le destin ne veut pas !

F comme Florida pour aller à Key West déguster une key lime pie au Sloopy Joe, ou flâner dans les jardins de la maison d’Hemingway ou  encore aller applaudir le coucher du soleil tous les soirs sur le Pier

G comme Guyane plein de beaux souvenirs de ces 4 ans passés là bas

H comme Hongrie, notre premier voyage et le souvenir d’une nuit au poste de police !

I comme Iguazu et ses superbes chutes et le petit train qui diffuse en crachouillant la musique de Mission (nostalgie)

J comme Jaen en Espagne, ses oliviers qui ondulent sous le vent chaud

K comme Kampot ville du Cambodge où j’ai cueilli le célèbre poivre

L comme Liban pays cher à mon époux et mon amie Layla mais aussi Lambayeque au Peru et son superbe musée du Seigneur de Sipan

M comme Marseille où je vis aujourd’hui

N comme Népal, c’était très chouette il y a 20 ans, je reste sur ce souvenir

O comme Orange pour son festival

P comme Paramaribo, au Suriname ou Panama visités depuis la Guyane

Q comme Qatar mais pas franchement attirée

R comme Roumanie et ses magnifiques monastères moldaves visités sous la neige de printemps

S comme Sardaigne où le bateau nous déposait pour des fins de semaine quand nous vivions en Corse

T comme Tiwanaku pour ses extraordinaires ruines sur la route entre Copacabana et la Paz

U comme Urubamba un rio du Peru souvenir humide !

V comme Vegas (las) au bout de trois séjour j’ai finalement adoré

W  comme Washington, pas D.C mais l’état des Usa, un voyage en hiver mémorable

X comme Xian en Chine, j’ai ramené une reproduction d’un soldat de l’armée enterrée

Y comme yellowstone, des couleurs incroyables, des geysers ..des bizons …on y retourne quand ?

Z comme Zocalo, nom de la plaza mayor de Mejico city

Voilà ma contribution, si quelqu’un veut reprendre à son compte ça nous ferait voyager …

La photo du mois : jeux de mains

Chaque mois, les blogueurs qui participent à La Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème.
Toutes les photos sont publiées sur les blogues respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.
Ce mois-ci, le thème, choisi par Titem, était: « Jeux de mains » mais comme je suis une étourdie et aussi un peu pressée par les préparatifs de notre voyage d’automne j’ai oublié de poster

Ma gentille copine qui veille au grain m’a fait une petite note pour me rapeller à l’ordre et voilà donc la photo que j’aurai du publier

Cette main s’élève dans le desert d’Atacama, pas très loin d’Antofagasta, au nord du Chili.  Pour répondre à vos questions, elle fait 11 mètres en hauteur

Cette oeuvre, qui date de 1992, est celle du sculpteur , Mario Irarrazabal , elle salue les voyageurs qui visitent cette région.

Fabrication galette de riz ou la recette sans parole

Lors de notre dernier voyage au Cambodge, nous avons rencontré beaucoup « d’artisans » qui fabriquent chez eux, les produits qu’ils vont ensuite vendre aux villageois et au marché.

Au Cambodge, les maisons traditionnelles ont un sous sol ouvert sur le jardin, la basse cour, le puit, c’est là que la vie s’organise de jour; les membres de la famille, toutes générations réunies, s’activent aux travaux.

galettes de riz une fois sèches

Le Cambodge produit un peu plus de 7 millions de tonnes de ziz non décortiqué et 71% de la population est employée à la production de riz. Les cambodgiens en consomment 4 millions de tonnes. Les 3 millions de riz brut restant seront donc exportés après traitement soit 1 tonne brute

Mais revenons au traitement au stade familial

le riz

Broyer et diluer le riz avec de l’eau, 1 mesure de riz pour 2 mesures d’eau avec du sel.

puis le mettre à égoutter tout doucement dans un coin du jardin

filtrage de la pâte de riz et de l’eau , la pâte reste dans la toile

pâte à galette prète

déposer une louche de pâte, sur une toile tendue au dessus d’une casserole d’eau bouillante. Faire un aller retour avec la pâte rapidement.

déposer la galette sur ce tourniquet « maison » et en refaire une autre

pendant qu’une autre personne la récupère et l’installe sur ce treillage en bambou

pour les faire sécher, les galettes arrivent vite il n’y a pas une minute à perdre

séchage au soleil

Patrick  m’a fait remarquer que ce mode de séchage est à l’origine des quadrillages sur les galettes que nous achetons !

Je n’ai ni les proportions ni la recette mais je ne pense pas que nous puissions reproduire cela dans nos cuisines européennes.

sérénité au jardin dans la campagne autour de Battambang